Lettre des Signaux Faibles n°52. Mars. 2008.

Les crises actuelles et la prospective

Signal 1 : la fin de l’alimentation abondante : une excellente nouvelle.

En quelques années, des centaines de millions de personnes ont ajouté à leur alimentation quotidienne un verre de lait ou une boulette de viande … En 50 ans, le terrien moyen est passé de 17 kg de viande annuelle consommée à 40 kg. Entre 1950 et 2050 la consommation mondiale de viande passerait de 47 millions de tonnes à environ 470 Mt. La surface de la terre n’aura pas été multipliée par 10 et les terres arables diminuent. Donc il faut produire plus sur les mêmes espaces ou manger moins.

Il faut sept kilos de céréales pour obtenir un kilo de bœuf, quatre pour un kilo de porc, un peu plus de deux pour un kilo de volaille et un peu moins de deux pour un kilo de poisson herbivore de pisciculture comme la carpe. Le bœuf est donc un hyperconsommateur d’eau. La carpe est-elle l’avenir de l’homme ?

Le prix de l’alimentation va conduire à de sensibles modifications de l’alimentation. La lutte contre l’obésité et les maladies cardiovasculaires vont y contribuer également. Par nécessité, l’Homme va devoir manger moins de sucre, moins de graisse : va-t-il devenir végétarien ?

Toutes les filières alimentaires, de la production à la distribution sont directement concernées.

 

Signal 2 : la fin des énergies fossiles (pétrole, charbon), une excellente nouvelle ?

Le constat. Les compagnies de pétrole tendent à moins renouveler leurs stocks, quant aux états producteurs, ils se réservent les meilleurs sites. Il semble donc que le « peak oil » de 2035 se rapproche plus vite que prévu. Quant au « peak coal », le pic du charbon, le chiffre « permanent » depuis 15 ans de 147 années de réserves de charbon doit être réajusté à 2025 ce qui laisse présager un pic plus tôt que prévu, de 120 ans.

Gagnants et perdants. Le monde en développement consomme plus de pétrole que le monde développé car il exploite les usines. C’est donc lui qui est perdant en premier lieu à la hausse du prix du baril. L’Europe est la zone mondiale consommant le moins de pétrole par % de PIB. Mais le monde développé « roule » beaucoup notamment avec un urbanisme très éclaté, le monde rurbain est perdant.

La mauvaise nouvelle, c’est que la hausse du prix du brut va provoquer de l’inflation qui va provoquer un ralentissement économique.

La bonne nouvelle, est que ce ralentissement va placer chaque état ou groupe d’états devant ses responsabilités en accélérant le développement des énergies renouvelables, en ralentissant les délocalisations. L’éclatement économique du monde par spécialité atteint ses limites.

 

Signal 3 : les classes moyennes s’éclatent en positif et en négatif.

En pays en développement en positif. Les classes moyennes d’Inde (200 millions), de Chine (350 millions), de Russie, etc., signe de l’enrichissement des pays, sont de plus en plus une réalité. D’ailleurs les milliardaires des pays en développement sont de plus en plus nombreux dont 4 Indiens parmi les 10 plus grandes fortunes du monde, 1 Russe et 1 Mexicain. Ces classes moyennes semblent « prendre sur » les classes moyennes occidentales.

En pays développés, en négatif, les classes moyennes sont une question sociale qui se dramatise. En France, les classes moyennes sont écartelées entre les moyennes aisées et les moyennes pauvres, quant aux 25-35 ans ils sont de plus en plus paupérisés (les ménages fiscaux de 25 à 44 ans ont des revenus à peu près identiques et comparables à ceux des retraités de 65 à 75 ans – Insee-DGI). En Allemagne, les classes moyennes vivent une « chute sociale » (DIW, mars 2008) semblable à celle de la France avec écartèlement. En Grande-Bretagne, la tension est de plus en plus vive entre les « pauvres blancs », la «white working class», et les immigrés. Aux Pays-Bas, en Belgique, en Italie, en Espagne … les signaux vont dans le même sens.

Le gâteau du monde se partage, et l’Europe laisse un peu de sa part sans oser l’avouer. Selon le Süddeutsche Zeitung du 14 mars, l'Etat allemand, les régions et les communes paient à quelque 180.000 de leurs salariés des salaires si bas qu'ils ne suffisent pas pour vivre.

Tandis que les classes moyennes des pays en développement sont de plus en plus optimistes sur leur avenir, l’avenir des classes moyennes inférieures s’assombrit en Europe : on va vers une crise sociale majeure.

Et il faut ajouter à ce malaise : l’Union Européenne de 2050 sera-t-elle une maison de retraite à ciel ouvert ;-(

 

Signal 4 : des sociétés à suivre.

Il y a des sociétés que je suis particulièrement car elles sont créatrices d’intelligence :

  • CMA CGA est 3ème transporteur mondial de conteneurs. Sur un marché à +11.4%, l’augmentation CMA CGM est à +29%. Son bénéfice net est à +58%. Ses investissements dans les ports et les lignes de chemin de fer sont très intéressants.
  • Louis Dreyfus fait partie des trois plus importants fabricants de jus d’orange. Dreyfus a le don d’investir dans certaines matières premières.
  • Autogrill (famille Benetton) devient n°1 mondial des boutiques aéroportuaires et de la restauration commerciale des voyageurs.

 

Signal faible : des surprises !

  • Les agences de voyage améliorent leurs marges.
  • Développement du livre numérique, imprimé à la demande.
  • « Bienvenue chez les Ch’tis » va dépasser « la Grande Vadrouille » ! Il faut dire que depuis longtemps le public n’est pas gâté …
  • 40 mn d’ensoleillement sur la Terre correspondent à l’ensemble de l’énergie consommée annuellement par la planète !!!
  • Casino améliore sa marge opérationnelle de 4.8% à 4.9% (bonne surprise), Carrefour baisse la sienne de 4.4% à 4.1% (la mauvaise surprise continue).

 

Signal : la France est engluée dans son passé.

Selon le site artprice, avec 6,4% de parts du marché de ventes d’art aux enchères, la France, traditionnellement en troisième position, est détrônée par la Chine (7,3%) qui enregistre une hausse de +78% de ses ventes. La France fait de plus en plus figure de grenier. Elle se fossilise dans les niches que sont la photographie primitive, la peinture XIXème et l'Art Déco.

Ce n’est pas faute de le réclamer ici, il faut d’urgence changer de siècle et donc de références.

 

7 réflexions impertinentes dans Population & Avenir, hors-série mars-avril 2008.

Le Cercle des Entrepreneurs du Futur, animé par Michel Godet, a récompensé 7 contributions (13 remarquées dont ces 7 sont en ligne sur www.laprospective.fr).

  • J’ai remarqué en particulier « l’apostasie durable », lever de rideau en 1 acte, dont l’originalité est absolument remarquable et la pédagogie excellente pour comprendre les différentes facettes du développement durable.
  • J’ai aussi remarqué l’appel de Maria Nowak (présidente de l’ADIE) pour – et c’est mon interprétation – favoriser le travail indépendant sans moyens financiers, et/ou sans compétences particulières, et/ou pour illettrés. Sur un plan pratique et dans un de ses aspects ne payer des charges lorsque l’on commence à travailler qu’à partir d’un certain niveau d’activité.
  • Les autres contributions portent sur les matériaux du XXIe siècle, le développement endogène local, infrastructures de transport et développement, l’Agenda 21 et actions de développement durable, la spirale du succès dans la création d’entreprise.

10 idées qui changent le mondent selon Time, 24 mars 2008.

Time a relevé 10 idées qui seront « le secret du pouvoir de demain »…

  • Il y a des idées classiques : le monde est le bien commun qui demande des solutions globales en ne pensant plus « eux » mais « nous. Réduire l’impact des rayons du soleil pour lutter contre le réchauffement climatique.
  • J’ai noté la fin du service au consommateur puisque aujourd’hui nous sommes par Internet à l’extrême du libre-service où le consommateur assume lui-même de nombreuses fonctions de l’entreprise. La cuisine de laboratoire, moins chère que celle faite soi-même (j’ai relevé lors de mon séjour américain qu’au marché les fruits et légumes étaient vendus moitié prix de ceux de France). Après la virtualisation de la vie et de l’individu (Face Book, Second Life, etc.), retour vers la personne réelle et les produits authentiques. La bonne santé imposée comme mode de vie au travail (par exemple aider à ne plus fumer, à perdre du poids).
  • Il y a des approches très américaines comme l’ère du cinéma sans vedette humaine avec notamment les films d’animation ou les héros « non stars ». La fin du terrorisme en retournant certains terroristes. La nouvelle austérité pour vivre avec moins de dettes. La rejudaisation de Jésus !

 

Bonne lecture. Je repars en plongée. Rendez-vous début mai …

 

Philippe Cahen

Mission, réflexion et formation en prospective.

Cahen.philippe@orange.fr

Fixe : + 33 (0)1 44 49 94 96

Mob : + 33 (0)6 09 75 86 35

 

 

 

 

Méthodologie présentée sur www.philippecahen.com

mission en prospective

animation de groupes de travail internes

formation

 

(1) Un signal faible est une information (sociétale, démographique, technologique, environnementale, économique, psychologique) encore rare qui aura une incidence majeure pour l’avenir de l’entreprise.

Les sources sont disponibles sur simple demande.

 

(2) Le Cahier de Prospective met en perspective les informations et réflexions. C’est un outil de stimulation, d’imagination, de coaching … de la prospective de 2 à 20 ans. L’objectif est de préparer l’entreprise à SON futur.

 

LeCahier de Prospective est mis à jour chaque année. 1990 €HT, soit 2380,04 €TTC.

Le Cahier 2007, comporte plus de 400 références et sources, 700 000 signes.

Intervia Consulting, BNP Paribas, RIB 30004 01925 00010399809 29