Lettre des Signaux Faibles n°58. Octobre 2008.

➢    Octobre … pourquoi la densité des événements actuels nous fait perdre nos repères. Une chance à saisir car le tournant amorcé est brutal et en pleine vitesse.

➢    Rappel : l’« Etude Prospective de la Distribution » est disponible depuis le 1er juin, 1500€HT. Pour plus de détails, retourner la Lettre avec « plan distribution » dans l’objet.
➢    Pour répondre à plusieurs demandes, une « Etude Prospective de la Ville » sera disponible courant février 2009 pour 2000€HT,
➢    1500 €HT pour paiement avant le 31 décembre. Plan sur demande en retournant La Lettre avec « plan ville » dans l’objet.
➢    Voir l’invité du mois : la ville de demain.


Signal faible 1 : pourquoi nous perdons nos repères des Lumières.

BRIC, mondialisation, Etats-Unis, Chine
Septembre et octobre 2008 sont comme une accélération de la prospective à vitesse TGV++. Si Goldman & Sachs imaginait en 2003 que la Chine dépasserait les Etats-Unis vers 2040, il faut à présent imaginer que ce sera plutôt vers 2020/2030, dans 10/20 ans environ … Et notre dépendance au pétrole est un marchepied à l’autre non démocratie qu’est la Russie et à l’abstraction qui échappe à nos esprits rationnels qui est le monde musulman du Moyen-Orient. Ce qui était une abstraction de « 2035 » est une réalité de 2020. Dès lors, la loi de la puissance économique, la loi du marchandage énergétique et la loi de la culpabilisation … nous font perdre nos repères construits depuis le Siècle des Lumières.

Signal faible 2 : pourquoi nous perdons nos repères … le nez dans le guidon.

Crise, énergie, climat, alimentation,
La crise financière et la crise économique qui suit occupent nos esprits. Il est logique de prévenir une nouvelle crise financière dans un temps proche et de ralentir au mieux la crise économique. Or il y a 6 mois seulement nous étions préoccupés par 3 crises qui sont toujours à nos portes : 1. la fin de l’énergie fossile, 2. la crise alimentaire, 3. la crise climatique. Ces 3 crises n’ont pas disparue par enchantement, bien au contraire :
. la crise énergétique cumule la fin de l’énergie fossile à l’énergie bon marché à présent et le ralentissement des recherches de nouveaux gisement pour raison de coup trop bas du pétrole,
. la crise alimentaire se cache derrière une récolte 2008 favorable, or les causes (changements alimentaires, baisse des terres cultivées, etc.) demeurent,
. la crise climatique est intacte et quand bien même le ralentissement économique lui sera favorable, la reprise n’en sera que plus défavorable.
Bien sûr, l’époque veut que les décisionnaires aient « le nez dans le guidon ». A vrai dire, le nez y est scotché depuis de nombreuses années … C’est au contraire dans des périodes de crise(s) que les décisionnaires doivent regarder à plus long terme car lorsque la vitesse reprend, il vaut mieux avoir le nez dans le guidon … Je connais un prospectiviste qui signe chaque mois la Lettre des Signaux Faibles qui ….

Signal faible 3 : pourquoi nous perdons nos repères de la terre.

Automobile, Inde, monde rural, monde urbain
L’arrêt du site de construction de la Nano de Tata (la voiture ultra low-cost à 1800€) a des origines politiques, économiques, historiques, etc. Mais c’est surtout symboliquement l’affrontement des urbains contre les ruraux et au-delà de celui de l’industrialisation et la betonisation face à l’exploitation de la terre arable.

Signal faible 4 : pourquoi nous perdons nos repères qui sont des certitudes du passé.

Carrefour, distribution, hypermarché, commerce
J’aime Carrefour pour l’avoir suivi depuis sa naissance – enfin 68 … 69 … - et pour avoir travaillé avec ses équipes. Aussi la dégringolade de Carrefour (même si ponctuellement il y a redressement au 3ème trim 08) me fait mal : tant que Carrefour se croira encore un hypermarché, au sens des années 70, il continuera à creuser son trou (et comme dit Warren Buffet : quand on est dans le trou, la première des choses est d’arrêter de creuser). Peut-être les Carrefour Market sont-ils des hypermarchés, je n’en ai pas visités. Carrefour couvre des hectares de ventes, Carrefour n’est plus de l’hyper, c’est un concept à définir. Les charges sont trop lourdes pour se battre pour des prix bas.

Signal faible 5 : pourquoi nous perdons nos repères … qui nous ont été imposés.

Internet, commerce, e-commerce, VAD
Le e-commerce – qui n’est qu’une partie de la VAD mais que la communication confond à souhait - se développe, certes, mais pas au niveau que ses thuriféraires veulent bien nous le faire croire. Deux exemples du mois :
. La Redoute, le troisième site de e-commerce le plus visité en France, va supprimer 672 emplois d'ici 4 ans (13% de ses effectifs). Comme quoi le tournant e-commerce n’est pas une évidence.
. Fnac.com réalise 7% du chiffre d'affaires de la Fnac. 7% seulement ? Comme quoi le e-commerce est loin de remplacer des bons points de vente même dans l’un de ses marchés de prédilection.

Signal faible 6 : pourquoi nous perdons nos repères : merci Coluche …

Coluche, alimentation, santé
Les aliments revendiquant des bénéfices pour la santé représenteraient un marché de 8 Md€ en France en 2007 sur un total de 154 Md€. Au bon souvenir de Coluche dont un film racontant une partie de sa vie est sorti ces jours-ci, donc les 154-8=146Md€ qui ne revendiquent pas ne sont pas bénéfiques pour la santé ? « Y sont cons, hein ? ».

Signal faible 7 : coups de chapeau !

Coup de chapeau à Le Clézio pour son Nobel de littérature.
Coup de chapeau à Françoise Barré -Sinoussi et Luc Montagnier pour leur Nobel de médecine.
Coup de chapeau à Jean Nouvel pour son Pritzker 2008, l’équivalent du Nobel d'architecture.
« C’est la start-up biomédicale Carmat qui va industrialiser le cœur artificiel mis au point par ses fondateurs : le professeur Alain Carpentier et EADS. L’actionnaire principal en est le fonds de capital risque français Truffle Capital. Pour accompagner l’essor de cette société prometteuse, Oseo lui a attribué l’aide à l’innovation la plus importante de son histoire : 33 millions d’euros. ». innovationlejournal.fr.
Coup de chapeau à l’imagination, la persévérance, le travail d’équipe, la conviction, …

L’invité du mois : la ville de demain.

Ville, urbanisme, cité,
La ville de demain s’impose ce mois au travers de multiples décisions (le gouvernement lance le programme EcoCités), de multiples études (ONU-Habitat annonce que depuis 2008, la moitié de l'humanité vit en ville et déclare "le XXIe siècle est le siècle des villes"), de multiples publications (étude Veolia Environnement), etc.
Mon impression est que la ville fascine et est idéalisée. Il y a quelques jours, j’ai eu l’occasion de visiter la zone commerciale de Metz-Sud : environ 5 km² à plus de 10 km du centre-ville, plus de 200 commerces de 300 à 15000 m² dont un hypermarché Cora, 3 hard-discounters et 2 soft discounters. L’absolu inverse d’une EcoCité, bien sûr, mais une réalité contraignante.
C’est dans ce contexte que je lance l’« Etude Prospective de la Ville », une approche pragmatique de la ville à l’horizon 2035.


Bonne lecture. Je repars en plongée. Rendez-vous début décembre …

Philippe Cahen
Mission, réflexion et formation en prospective.
Cahen.philippe@orange.fr
Fixe : + 33 (0)1 44 49 94 96
Mob : + 33 (0)6 09 75 86 35   
   

Méthodologie présentée sur www.philippecahen.com
mission en prospective
animation de groupes de travail internes
formation


(1) Un signal faible est une information (sociétale, démographique, technologique, environnementale, économique, psychologique) encore rare qui aura une incidence majeure pour l’avenir de l’entreprise.
Les sources sont disponibles sur simple demande.

(2) Le CAHIER DE PROSPECTIVE met en perspective les informations et réflexions. C’est un outil de stimulation, d’imagination, de coaching … de la prospective de 2 à 20 ans. L’objectif est de préparer l’entreprise à SON futur.