Lettre des Signaux Faibles n°144 Mai

 

Notre futur anticipé par les signaux faibles

 

 

 

Signal faible 1 : disparition des sites Internet

Ce n’est pas pour demain que les sites Internet vont disparaitre. Il faut cependant admettre que la génération Alpha (les post-Y nés depuis 1995) a grandi avec les smartphones et les tablettes. Pour eux, les ordinateurs n’ont plus de nécessité.  Et sur leurs outils, on passe par les applications, plus les sites internet. Les marques sont sur Facebook, on communique par WhatsApp ou Snapchat, on se renseigne par Discover et Youtube. Bref, à quoi sert un site internet pour les 15-24 ans ?

 

Signal faible 2 : le business des youtubeuses

Pour l’ouverture du Salon Get Beauty, salon des youtubeuses les 200.000 connexions ont fait sauter le système. 10.000 visiteurs pour le salon. Ces 70 jeunes femmes ont en moyenne 20 ans et présentent des produits de mode et de beauté. Elles ont chacune plus de 800.000 abonnés sur leur chaine Youtube, ce que ne font pas les médias classiques. Elles gagnent entre 50.000 et 150.000 €/an. Cette économie n’est plus anecdotique. On la retrouve dans de nombreux domaines comme le bricolage avec des tutoriels.

 

Signal faible 3 : la disparition du numéro de téléphone

A quoi cela sert-il d’avoir un numéro de téléphone avec Facebook ou WhatsApp ? Viber ou Hangouts ? Passer un message écrit ou oral, se parler, par le même média est courant. Onoff et Ottspott offrent des numéros temporaires. Décidément, l’époque accélère ma pov’dam’ !

 

Signal faible 4 : la recherche alternative

Les essais cliniques sur Ebola il y a plus d’un an ne se sont pas faits d’abord sur des primates puis sur l’homme, mais parallèlement, et les résultats de ces derniers, encourageants, sont tombés les premiers. L’antiviral favipiravir a permis d’épargner bien des vies humaines. L’organisation mise en place devait être pérennisée. Comme quoi le respect des protocoles n’est pas gravé dans le marbre. Plus largement, des FabLabs biologiques inspirés des Fabs Labs numériques et industriels se développent et comme ces derniers, ne respectent pas les normes, les protocoles. La Paillasse à Paris est un acteur important (300 chercheurs) de cette démarche. Le signal faible ? Sortir de la pensée en silo.

 

Signal faible 5 : la guerre entre les anciens d’Internet (GAFA) et les nouveaux des applis.

Le mois dernier, nous avions détaillé les chatbots, le moteur de recherches des applis. Les anciens acteurs essaient de ne pas perdre la main, de faire dialoguer son ordinateur ou son smartphone avec son système sans passer par le clavier : Apple/Siri, Google/Now, Microsoft/Cortana, Amazon/Echo, Facebook/M. Au-delà du dialogue homme/machine, il s’agit de la mainmise sur nos actions quotidiennes comme lire, contacter, acheter, …

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Signal faible 6 : culture et R&D
Signal faible 7 : le nouveau maire de Londres
Signal faible 8 : le cinéma français sature
Signal faible 9 : la retraite, un mal français
Signal faible 10 : les Legal Tech contre les avocats ?
Signal faible 11 : les choix politiques
Signal faible 12 : la fin de l’industrie pétrolière française ?
Signal faible 13 : et si Amazon devenait rentable ?
Signal faible 14 : vers une nouvelle manière de travailler
Signal faible  15: la productivité baisse. Donc on baisse les revenus ?
Signal faible 16 : L’Oréal, finalement, un aveu d’échec
Signal faible 17 : une forme de micro-usine
Signal faible 18 : l’art de payer cher la paix sociale
Signal faible 19 : les technologies de rupture selon le MIT

 

Les signaux faibles qui anticipent notre futur

Chroniques prospectives

Editions Kawa http://bit.ly/24qOstq

Depuis fin 2013, j’assure une chronique hebdomadaire dans La Tribune : en quoi des signaux faibles nous aident à anticiper le futur. Que ce soit sur Apple (p. 49, p. 67, p. 88), les médecins (p.29, p.109), l’hypermarché (p.53), la démographie (p.130), la blockchain (p.36, p.193), les micro-usines (p.145), … je sais détecter les signaux faibles et faire émerger les signaux enfouis, cachés, qui anticipent le futur.

La centaine de chronique touche à tous les domaines : la ville (p.42), la voiture (p. 90, p.185), l’environnement (p. 149, p. 155), le Front National (p. 61, p. 203), Daech (p.94), les algorithmes (p. 139, p. 183), les banlieues (p. 208), … et astucieusement tout se mêle. Des concepts nouveaux émergent comme les générations Alpha puis Bêta (p.133), le robotcène et le cyborgcène (p.102), l’économie autonome (p. 193), la « thinkularity » (p. 205), d’autres sont poussés comme l’entropie (p.107), la sousveillance (p.143), l’entreprise 5D (p. 49), la guerre des pétaflops (p.172).

Pour de très nombreuses chroniques, un complément élargit le futur proposé à d’autres futurs. Nos futurs. Notre futur ?

 

 

Bonne lecture. Je repars en plongée. … Rendez-vous début juillet …

Philippe Cahen

Conférence, réflexion et formation en prospective.

Cahen.philippe@orange.fr


http://twitter.com/signauxfaibles


4 livres pour une méthode originale de prospective : signaux faibles, scénarios dynamiques, exemples.

1.      Signaux faibles mode d’emploi. Editions Eyrolles. Lauréat du Prix IEC’11 (Intelligence Economique et Compétitivité)
2.      
Le marketing de l’incertain. Editions Kawa
3.      
50 réponses aux questions que vous n’osez même pas poser !. Editions Kawa.

4.      Les secrets de la prospective par les signaux faibles. Analyse de 10 ans de (la Lettre des) signaux faibles. Editions Kawa