Lettre des Signaux Faibles n°96. mars 2012

 Prospective


Ø  Ce mois de mars, la campagne présidentielle domine les débats. Je suis frappé par deux sujets : la désindustrialisation de la France et l’absence de réponse positive en écho, et l’absence de proposition pour un nouveau type de dialogue social.

 

Signal faible 1 : campagne présidentielle, que se passe-t-il ?


Dimanche 22 avril Hollande est heureux que le premier tour soit passé. Si Joly s’était blessée plus gravement en tombant, le premier tour aurait pu avoir lieu 4 dimanches plus tard et Mélanchon aurait pu le rattraper. Que s’est-il passé ? Parce que chacun est convaincu de la situation dramatique des finances, chacun a ignoré la baisse nécessaire des dépenses et a surenchéri sur les hausses d’impôts. La droite est clivée ou à peu près. La gauche s’est clivée entre la gauche sociale et la gauche de la gauche. Cette dernière a été emportée par la vague des pessimistes qui n’ont rien à perdre : la Mélanchonite a un visage à gauche.

Quel que soit le vainqueur du 6 mai, les législatives ne seront pas un long chemin tranquille …

 

Signal faible 2 : prospective de la relocalisation


En cette période électorale on entend beaucoup parler de délocalisation vers l’Asie prétextant des salaires 100 fois plus faibles (oui, j’ai bien entendu 100 fois par de ‘hauts responsables’) qu’en France. Chine et Thaïlande sont à 7$/jour, Philippines 9.7$/j. et des salaires de cadre en Chine qui atteignent les niveaux occidentaux. Dans toute la région, les salaires montent avec le double but de relever le pouvoir d’achat pour faire face à la baisse de consommation des Européens et de développer un modèle économique social pour faire face ne serait-ce qu’en Chine au vieillissement de la population et aux tensions sociales. Les pays low cost de la région – pour délocalisation locale - sont le Cambodge, le Vietnam, le Laos et la Birmanie.

En contre partie, les surcoûts logistiques, la réactivité commerciale, le différentiel de qualité régulière, l’amélioration de l’outil industriel font que les relocalisations seront de plus en plus évidentes. Le BCG dit que 2015 est l’année charnière. Que ce soit 2014 ou 2017, cette phase n’est surtout pas à manquer !

 

Signal faible 3 : prospective de l’industrie en France


En cette période de campagne présidentielle, on parle beaucoup de l’industrie en chute en France mais on va tâter le cul des vaches et non caresser les machines outils. Et pourtant, cela aurait était l’occasion de parler de deux innovation majeures. La première innovation est l’impression 3D ou fabrication additive qui se perfectionne depuis 2 ans au moins et fabrique des pièces complexes personnalisées et pratiquement sans déchets. On passe de la fabrication de prototype à la fabrication de série. Les micro-usines dont j’avais parlé il y a plusieurs années prennent forme. La seconde innovation est liée à la première, ce sont les Fab Lab, les laboratoires de fabrication. Le principe en est l’échange de savoirs, l’utilisation de prototypage rapide, et les licences open source. C’est donc une autre logique qui se développe, latérale comme dirait Jérémy Rifkin. Il y a aujourd’hui 10 Fab Labs en France, 8 vont suivre. L’esprit français s’y épanouit.

Reste à transformer les pépites en industriels puissants.

 

Signal faible 4 : prospective du mook et des signaux faibles


Le Mook est le nom donné au magazine/livre paraissant chaque 3 ou 4 mois, avec de nombreuses pages, donc à dos carré comme un livre, sans pub et un contenu de qualité, vendu hors kiosque. Je vous avais parlé de XXI en juin 2010. Comme XXI gagne de l’argent depuis sa création, les inspirés sont nombreux. Et tous ne survivent pas.

Trois mooks sortent quasi en même temps sur le thème des signaux faibles. Je n’ai pas réussi à me procurer Kaizen, et n’ai pas encore acheté INfluencia. Mais We Demain ouvre des perspectives intéressantes !

 

Signal faible 5 : prospective du big data


On commence à parler du big data. Le sujet est simple : comment profiter des millions d’informations disponibles. Imaginez simplement les masses de données disponibles pour Facebook et Google !!! Mais aussi pour la banque, les opérateurs téléphoniques, de télévision, d’internet, un opérateur d’électricité qui peut réagir instantanément avec les modifications de la météo ! À ce big data correspond les big computeurs. IBM domine le marché devant HP. Total, Airbus, des banques parlent en pétaflops, des millions de milliards d’opérations à la seconde.

Big data, pétaflops, calcul intensif … un nouveau vocabulaire s’installe.

 

Les signaux faibles au-delà du 5ème ou 6ème et les « tweets » du mois sont réservés aux abonnés à la Lettre des Signaux Faibles, 300€HT pour un an, soit 11 numéros.

Pour recevoir le bon de commande, retourner ce message avec dans l’objet ‘Abonnement’.

 

Signal faible 6 : prospective de l’énergie


Signal faible 7 : prospective de la pharmacie


Signal faible 8 : prospective du télétravail


Signal faible 9 : prospective de l’automobile


Signal faible 10 : prospective du Grand Paris et « utilities »


Signal faible 11 : prospective des impôts européens


Signal faible 12 : prospective des taxis


Signal faible 13 : la prospective du Caddie


Signal faible 14 : prospective des pauvres


Signal faible 15 : prospective des aéroports


Signal faible 16 : prospective du dialogue social



 

Bonne lecture. Je repars en plongée. Rendez-vous début mai …

 

 

Philippe Cahen
Conférence, réflexion et formation en prospective.

Cahen.philippe@orange.fr

www.signaux-faibles.fr : les Lettres des Signaux Faibles depuis 2007

http://twitter.com/signauxfaibles


Signaux faibles mode d’emploi. Editions Eyrolles. Lauréat du Prix IEC’11 (Intelligence Economique et Compétitivité)

Le marketing de l’incertain. Editions Kawa